Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis Theme natoque penatibus.

Derniers articles

    Sorry, no posts matched your criteria.

Los Angeles pleure toujours son rappeur Nipsey HUSSLE EST-IL MORT POUR S’ÊTRE CRU INTOUCHABLE ?

Los Angeles pleure toujours son rappeur Nipsey HUSSLE EST-IL MORT POUR S’ÊTRE CRU INTOUCHABLE ?

Los Angeles pleure toujours le rappeur Nipsey Hussle.

NIPSEY HUSSLE EST-IL MORT POUR S’ÊTRE CRU INTOUCHABLE ?

Près d’un an après la disparition de Nipsey Hussle, BBC Three dévoile un documentaire dans lequel il est question de faire la lumière sur les conditions ayant amené au meurtre du rappeur.

Un manque flagrant de sécurité ?

Réalisé par Ben Zand, The Mysterious Murder Of Nipsey Hussle compile des interviews aussi bien de membres de gang que d’officiers de la police de Los Angeles, et permet ainsi d’en savoir un peu plus sur les dernières semaines de la vie de Nipsey Hussle, tragiquement disparu le 31 mars 2019. Dans ce documentaire inédit, certains témoignages sont peu élogieux vis à vis du rappeur décédé, dont celui d’un certain Sedrick, membre de Eight-Tray : « Nipsey était stupide, il était stupide. Il n’avait pas, son gang ne l’a pas protégé et il n’allait pas le protéger une fois qu’il a eu tout cet argent. »

De l’avis de l’interrogé, Hussle n’aurait jamais du sortir sans bénéficier d’une protection, et le fait d’être devenu un rappeur/entrepreneur riche et célèbre n’aura fait que lui coller une cible dans le dos : « C’est trop risqué, il y a trop de types qui ne vont pas t’apprécier… Nipsey, pour commencer, n’aurait jamais dû se rendre à sa boutique [où il fut abattu] sans sécurité. Il pensait qu’il était intouchable. »

Des transcriptions d’audiences exhumées
Le documentaire va aussi lever le voile sur des transcriptions d’audiences s’étant tenues avant le décès de Nipsey, lors desquelles il suspectera son assassin Eric Holder d’être une balance et de travailler pour la police. Le terme « snitch » (« balance ») ayant un poids certain dans la culture des gangs, est ainsi répété à pas moins de 24 reprises.

Lorsqu’il lui est demandé si le fait de traiter quelqu’un de balance est suffisant pour se faire tirer dessus, Sedrick confirme sans broncher : « C’est la pire chose que vous pouvez dire. Vous allez devoir tuer ce n**** mec, je vais le faire si tu me traites de balance et que je n’en suis pas une. » L’un de ses collègues ira même plus loin dans la réflexion : « C’est l’équivalent d’être traité de pédophile, c’est à ce niveau. »