Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis Theme natoque penatibus.

Derniers articles

    Sorry, no posts matched your criteria.

le rêve de Martin Luther King reste à concrétiser

le rêve de Martin Luther King reste à concrétiser

Après la mort de Martin Luther King Jr en 1968, le représentant démocrate John Conyers introduit un projet de loi au Congrès pour que l’anniversaire de naissance de Luther King soit un congé national, mettant en lumière l’action de Martin Luther King aux côtés des syndicats. Ces derniers reprirent cette proposition et en firent la promotion dans les années 1970.

En 1976, les syndicats aident à l’élection de Jimmy Carter, qui appuie le projet de loi. Mais après cet appui, l’influence des syndicats dans la campagne pour le King holiday diminue, et le King Centre cherche l’appui des milieux d’affaire et du grand public. Le succès de cette stratégie grandit quand Stevie Wonder sort son single Happy Birthday en 1980 pour populariser la campagne et participe à la conférence de presse du Rassemblement pour la paix en 1981. Six millions de signatures sont collectées dans une pétition adressée au Congrès pour qu’il vote la loi.

Le président Ronald Reagan s’oppose à ce jour férié, ne s’inclinant qu’après que le Congrès eut voté le King Day Bill à une majorité écrasante, empêchant tout veto présidentiel (338 voix contre 90 à la Chambre des représentants et 78 contre 22 au Sénat).

Dans la roseraie de la Maison-Blanche, le 2 novembre 1983, Ronald Reagan signe la loi créant un jour férié fédéral pour honorer Martin Luther King. Il est observé pour la première fois le 20 janvier 1986. Ce jour là, un concert est donné à l’Opera House de Washington DC pour célébrer cette première, réunissant les deux artistes-symboles que sont Bob Dylan, qui avait contribué à la Marche sur Washington pour l’emploi et la liberté organisée par Martin Luther King le 28 août 1963, et Stevie Wonder, le premier chantant entre autres le Happy Birthday du second1. En 2010, le président Barack Obama présente un discours aux américains la veille du Martin Luther King Day.