Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis Theme natoque penatibus.

Derniers articles

    Sorry, no posts matched your criteria.

Frelon Design Lille à son Artisan Urbain

Frelon Graffiti Magazine Kose Two Jours Lille Hip-Hop

Frelon Design Lille à son Artisan Urbain

Frelon Design

 

 

 

Nord Eclair Article de JULIA MÉREAU julia.mereau@nordeclair.fr

« Oesch Le Frelon », les murs sont ses toiles …

Il est de ces artistes qui font de la ville leur support d’expression.

Géry Dewavrin, dit « Oesch Le Frelon », peint à la bombe des murs comme d’autres leurs toiles.

« Oesch Le Frelon » de son pseudo de graffeur est pourtant bien passé par là.

« Tout le monde commence par la rue », explique-t-il, c’est le principe du support, le mur.

Parce que «l’art du graff à la base, c’est de faire des lettres et des motifs.

C’est d’enjoliver son nom » rappelle-t-il mais surtout « il y a l’amplitude du mouvement de ton corps sur le mur».
Ajoutez à cela, la quête du bon mur et vous obtenez vite des jeunes qui se piquent du virus.

Encore que. Pour sa part, Géry ne se place pas en pourfendeur absolu de l’illégalité, ou de la chasse au mur. « Ce qu’il y a surtout, c’est qu’on ne veut pas comprendre en France.

Ici, on nous finance, on nous file un mur, et puis basta ».

Frelon Design Magazine Hip-Hop Lille

 

Frelon Design Magazine Hip-Hop Lille

Frelon Gery kosetwojours magazine lille hip-hop

 

 

 

Et pour peu qu’il y ait un groupe de jeunes à occuper l’été, alors là c’est l’archétype du graff admis, explique-t-il en substance.

Notez, Géry ne renie pas les activités avec les jeunes. Il en fait des tas. C’est le regard qu’on pose sur le graffiti de cette manière qui l’agace.

Question d’art majeur réduit à l’état mineur. « Ça fait 30 ans que le graff existe en Europe. Vous verrez, un jour il fera partie des bouquins d’histoire de l’art… Ce que je veux dire c’est qu’on ne nous prenne pas pour des artistes. Pourquoi ? »

Et Géry de prendre pour exemple ces panneaux de signalisation “legal writing” qui existent en Allemagne.

Ces derniers déterminent les espaces urbains où il est possible de peindre. « Et c’est permanent ».

Résultat, là-bas, l’art du graff a pris de l’avance : « quand on te donne un mur, t’as envie de faire un truc bien, c’est obligé.

On peint nos murs comme d’autres leurs toiles » .

 

 

Site-FrelonDesign

FlickrFrelon

FrelonFacebook

POST A COMMENT