Lorem ipsum dolor sit amet, consectetuer adipiscing elit. Aenean commodo ligula eget dolor. Aenean massa. Cum sociis Theme natoque penatibus.

Derniers articles

    Sorry, no posts matched your criteria.

Tim Duncan NBA PlayerSsss Lille de Sainte-Croix

Tim Duncan NBA PlayerSsss Lille de Sainte-Croix

Timothy Theodore Duncan dit Tim Duncan (né le 25 avril 1976 à Christiansted sur l’île de Sainte-Croix dans les Îles Vierges américaines) est un ancien joueur américain de basket-ball, mesurant 2,11 m. Il joue pendant 19 saisons dans l’équipe de NBA des Spurs de San Antonio avec laquelle il remporte cinq titres de champion NBA. Il est considéré comme le meilleur ailier fort de tous les temps par le magazine SLAM1. Tim Duncan annonce sa retraite le 11 juillet 2016.

 

Tim Duncan est sélectionné au premier rang de la draft 1997 par les Spurs de San Antonio, équipe qui sort d’une saison catastrophique à la suite de la blessure de son joueur majeur, David Robinson. L’impact de l’ancien de Wake Forest est immédiat et il est choisi par les entraîneurs pour disputer le All Star Game, sélection rare pour une 1re année. Auteur d’une très belle saison individuelle (21,1 points, 11,9 rebonds, 2,7 passes et 2,5 contres) et collective (56 victoires pour 26 défaites, deuxième de la Midwest Division), il est facilement élu NBA Rookie of the Year (meilleur débutant). Le duo qu’il forme avec David Robinson leur vaut le titre de nouvelles « Twin Towers » de la NBA, en référence à la paire que formaient Hakeem Olajuwon et Ralph Sampson dans les années 1980. En play-off, les Spurs éliminent les Suns de Phoenix (Jason Kidd, Kevin Johnson, Steve Nash, Rex Chapman, Dennis Scott, George McCloud, Antonio McDyess…) 3 manches à 1, mais tombent en demi-finale de conférence contre le Jazz de l’Utah (Karl Malone, John Stockton, Jeff Hornacek) 4 manches à 1.

Durant la saison 1999 raccourcie à 50 matches à cause du lock-out (mise à pied collective des joueurs à la suite du litige concernant la limitation des salaires), les Spurs malgré un départ médiocre finissent fort pour remporter leur division. Duncan, fer de lance de l’équipe, récolte les récompenses individuelles. Il est élu dans la All-NBA First Team (le 5 idéal) et la NBA All-Defensive Team (la meilleure équipe défensive) et finit 3e à l’élection du NBA Most Valuable Player (meilleur joueur) de la saison régulière. L’homogénéité du 5 majeur (Avery Johnson, Sean Elliott, Mario Elie et les “tours jumelles”) écrase la concurrence en playoffs. Reposant sur une défense de fer et la domination du duo d’intérieurs Duncan-Robinson, les Spurs dominent leur conférence (3-1 contre les Timberwolves du Minnesota, 4-0 contre les Lakers de Los Angeles et 4-0 contre les Trail Blazers de Portland) avant d’achever les Knicks de New York en finale (4-1). San Antonio obtient le premier titre de son histoire et Duncan est élu MVP des Finales (27,4 points, 14 rebonds et 2,2 contres).

Devant se passer de leur ailier Sean Elliott, qui souffre de graves problèmes rénaux et doit subir une transplantation, les Spurs ne dominent pas comme prévu la ligue et finissent même seulement seconds de leur division (53 victoires, 29 défaites). Duncan lui tient parfaitement son rang (23,2 points, 12,4 rebonds, 3,2 passes, 2,2 contres) et se retrouve à nouveau sélectionné dans la All-NBA First Team et la All-Defensive First Team. Il est bien sûr aussi convié au All Star Game où il obtient, en compagnie de Shaquille O’Neal, le titre de MVP. Malheureusement à 5 matches de la fin de la saison régulière, Duncan se blesse et doit déclarer forfait pour les play-offs. Sans son joueur majeur, et malgré le retour d’Elliott et le talent de Robinson, San Antonio ne peut passer l’obstacle Phoenix (3-1) au premier tour.

Au complet pour la saison 2000-2001, les Spurs remportent leur division (58 victoires, 24 défaites) en palliant le vieillissement de leur cinq majeur, par l’intégration progressive de jeunes joueurs comme Antonio Daniels, Derek Anderson ou Malik Rose. Pour la troisième fois en quatre ans, Duncan mène la ligue au nombre de double-doubles (au moins 10 unités dans deux catégories statistiques) avec 66 et dispute le All Star Game. Mais après avoir sorti Minnesota (3-1) et Dallas (4-1), les Spurs subissent la domination du champion sortant, les Lakers de Los Angeles, 4-0.

 

https://youtu.be/WaZSfGTeqhQ

La saison 2001-2002 marque le sommet de la dépendance des Spurs envers son ailier fort. En effet à côté de lui, les joueurs apparaissent soit en fin de parcours (David Robinson, Steve Smith, Terry Porter, Danny Ferry), soit trop inexpérimentés (Tony Parker, Antonio Daniels, Stephen Jackson). Dream Tim réalise une bonne saison (25,5 points, 12,7 rebonds, 3,7 passes, 2,5 contres) et obtient une nouvelle sélection au All Star Game, dans la All-NBA First Team et la All-Defensive First Team, et le titre de MVP de la saison. Il devient aussi le cinquième joueur de l’histoire à se classer dans le top 5 aux points, rebonds et contres (après Kareem Abdul-Jabbar, Patrick Ewing, Hakeem Olajuwon et Shaquille O’Neal) et demeure le premier au classement des double-doubles (67). San Antonio en profite pour conserver son titre de division (58-24), mais tombe encore sur les Lakers (4-1) en demi-finale de conférence après un succès au premier tour sur les Sonics de Seattle (3-2).

Pour la saison 2002-2003, ce qu’on appellera à partir de la saison 2004-2005 le Big Three, l’association de Tony Parker, Manu Ginóbili et Tim Duncan voit le jour. Cette année apparaît d’autant plus charnière qu’elle est la dernière du pivot mythique de l’équipe David Robinson. Duncan, toujours aussi dominateur, remporte son deuxième titre de MVP2, et mène les siens à un nouveau titre de division (60-22). Manquant encore de régularité, notamment dans l’adresse extérieure, l’équipe est soumise à de fortes sautes d’humeur, mais parvient enfin à battre les Lakers. En effet après un succès initial sur les Suns (4-2), les triples champions en titre tombent en 6 manches en demi-finale de conférence. Les Spurs atteignent la finale après un dernier succès sur Dallas (4-2) et remportent leur 2e titre en venant à bout des Nets du New Jersey de Jason Kidd (4-2). Lors de la sixième manche, Duncan est tout proche du quadruple-double avec 21 points, 20 rebonds, 10 passes décisives et 8 contres. MVP des Finales, Tim Duncan réalise 32 contres sur cette série, un record toujours valide en 2015

 

Site NBA TimDuncan

 

POST A COMMENT