Accueil » Karl Tyler, rappeur atypique et authentique, sort son premier EP

Karl Tyler, rappeur atypique et authentique, sort son premier EP

A l’image d’un rappeur comme Lomepal – skateur devenu artisan de punch’line – Karl Tyler a su trouver son style musical grâce à son ouverture d’esprit, sa curiosité artistique et son aspiration première : rendre accessible le rap au plus grand nombre. Samedi 28 avril, Charles, alias Karl Tyler, sort son premier EP Rap « Précipité » sur sa chaîne YouTube.

 

 

Karl, raconte-nous comment un rockeur dans l’âme tombe sous le charme du rap ?

Ca fait trois ans environ que je suis à fond dans le rap, avant, je n’écoutais pas du tout ce style de musique. J’étais dans le rock et je jouais dans un groupe, à Nice, ma ville d’origine. Cette expérience m’a fait comprendre que je voulais être chanteur et m’a permis de vraiment me lâcher sur scène. Pour moi, le rock c’est très important dans le culture musicale. Il faut aimer tous les styles. Vis à vis du rap, j’ai eu un déclic quand j’ai découvert des gars comme Orelsan, Lomepal avec un gros coup de cœur pour son album Flip, ou  un rappeur comme Roméo Elvis. Avec leurs sons, j’ai accroché, surtout au niveau des textes.

 

 

Qu’est-ce qui t’as plu dans le rap ?

Au début, je ne supportais pas la variété française et plus généralement les chansons en français. Je n’écoutais que des titres anglais. C’est le rap qui m’a vraiment fait changer d’avis, on peut jouer avec les mots. Maintenant, je n’écoute que du rap français.

J’avais aussi besoin de m’affirmer. A la base, je suis assez sensible, style amoureux transit (rires), mais au final je ne vais pas faire semblant d’être quelqu’un que je ne suis pas et dans la vie comme dans ma musique, je reste authentique.

 

 

Tu es plutôt branché rap égo-trip, pourquoi ?

Tout simplement parce que c’est dans l’égo-trip que je suis le meilleur. Je suis à l’aise dans l’écriture des textes, j’aime trouvé des formules, des rimes. J’ai compris que le texte, c’était 60 % et l’instru 40 % du boulot.

 

 

Tu sors ton premier EP, « Précipité« , le 28 avril. Tu peux nous en dire plus…

En fait, j’avais sorti en EP pop il y a quatre an, ce n’était pas vraiment abouti. Là, pour ce premier EP rap, j’ai vraiment pris le temps de créer mes instrus, de choisir les paroles. Il est composé de neuf titres assez personnels, où je parle de moi, on est toujours dans l’ego-trip. L’album sera disponible gratuitement sur YouTube dès 16 h, samedi. Si les gens aiment, qu’ils n’hésitent pas à m’envoyer des messages pour que je leur balance les sons.

 

 

 

 

 

Pour la réalisation, comment t’es-tu débrouillé ?

Ahhh. Et bien, j’ai tout fait tout seul. C’est compliqué de trouver les moyens et les partenaires pour produire un album. Je ne réponds peut-être pas aux attentes de la société, mais voilà, encore une fois, l’authenticité, c’est super important pour moi. Il faut rester fidèle à soi-même. Quand j’aurais terminé mes études, si je ne perce pas dans la musique, je souhaiterais rester dans le milieu mais en tant que dénicheur de talents. Suivre et soutenir des artistes qui en valent la peine.

 

 

Avec ta musique, qu’est-ce que tu aspires changer ?

J’aimerais beaucoup amener une musique comme le rap dans des milieux où elle n’est pas forcément appréciée à l’origine. Ca serait cool de pouvoir ouvrir les gens à ce niveau là. Le rêve serait que mes grands-parents écoutent du rap « plus slamé » et prennent plaisir à l’écouter. Il faut être ouvert à tous styles de musique, que ce soit classique, jazz, funk, pop, rock, rap…

 

 

Toi, qui as suivi une formation musicale plutôt classique avec le piano et la guitare, tu penses que c’est compatible avec le rap ?

Oui totalement. Il faut varier les styles. Ca m’arrive de rapper et d’accompagner à la guitare. Et même si je me suis plus spécialisé dans le rap, je continue de jouer du rock avec le groupe dans lequel je suis, Walnut, parfois même en représentation dans les bars de Lille.

 

 

Bientôt tu termineras tes études et repartiras à Nice, tu garderas un bon souvenir du Nord ?

Carrément, ce n’est pas une légende les gens sont très accueillants ici. Lille est une ville étudiante très sympa. Même en hiver, il y a de l’ambiance !

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire